Pour une pédagogie de l’intelligence

Antoine de La Garanderie

Pour Antoine de La Garanderie, l’intelligence est une question de méthode. Il aborde cette question avec pertinence à partir de l'observation directe des gestes mentaux. Prenant quelque distance par rapport à sa pratique, il propose de recevoir des leçons qu'il appelle d'"éthique pédagogique" auprès d'un psychologue - Binet - qui a réalisé avec ses filles une véritable enquête pédagogique, et d'un philosophe - Platon - qui a eu la compréhension pédagogique des différents modes de fonctionnement de l'intelligence. Après avoir reformulé clairement son hypothèse "l'acte intelligent est le fruit d'évocations dirigées", il puise dans l'oeuvre d'Hüsserl les fondements d'une véritable pédagogie de l'intelligence, invitant les enseignants à en faire l'application. Affirmant avec force sa conviction que chacun possède des moyens de progresser, il invite à refuser le fatalité du verdict : "Il n'est pas intelligent". Le pédagogue aide chacun à connaître ses ressources et à les mettre en oeuvre.