La décision que nous avons prise d'instruire nos enfants à domicile est la conséquence logique d'une évolution personnelle, du désir d'un regard sur nous-mêmes puis de nous-mêmes avec les autres... Je n'ai aucun désir de porter sur l'école un jugement définitif et stérile. Je sais pourtant qu'elle ne m'a jamais convenu et qu'aujourd'hui elle ne convient pas aux enfants que mon mari et moi avons décidé d'élever. L'école ne demeure qu'une extension de ce qu'est la société. Cette décision s'inscrit dans une plus large perspective et ne se cantonne donc pas qu'à l'école. Il ne s'agit en aucun cas de nous marginaliser mais il ne s'agit pas non plus de se "plier" à une réalité qui ne nous correspond pas. Nous avons la volonté de créer une autre réalité, la nôtre, qui s'inscrit dans la pratique quotidienne par l'expression de valeurs que nous désirons sincèrement cultiver : le respect réel de nos enfants en tant qu'individus à part entière, l'apprentissage par l'observation de l'évolution de chacun, l'apprentissage par l'expression de chacun, l'observation des rythmes de chacun, l'apprentissage de la liberté vers une réelle autonomie en phase avec notre environnement...