Nous avons rencontré des problèmes de scolarité avec nos deux premières filles depuis le CP : manque de confiance en elles, lenteur, lecture lente à acquérir chez des enfants qui par ailleurs nous prouvaient toute leur intelligence. Faisant confiance aux professionnels qui nous entouraient, nous nous sommes dit que nos enfants n'étaient pas si intelligentes que nous le pensions… Notre dernier enfant, lors de sa deuxième année de maternelle, disait ne plus vouloir aller à l'école, ne s'endormait que très difficilement le soir, se remettait à salir ses culottes et surtout commençait à devenir agressif. Après un mois de symptômes dont j'ai pris conscience lentement, j'ai désiré parler à l'institutrice. Peine perdue ! Il n'y avait aucun problème disait-elle ! Ayant été échaudée par l'histoire de mes filles que je n'avais pas prise au sérieux (j'étais trop confiante à l'époque), j'ai alors décidé, séance tenante, de le retirer de l'école maternelle. J'ai mis près de 6 mois à retrouver mon petit garçon tel que je le connaissais, mais j'ai tout de suite constaté qu'il riait à nouveau ! Nous avons alors passé tous les deux une année fantastique. Tout était source d'apprentissage, à la façon Platon (je crois que c'est lui qui discourrait avec ses étudiants et réfléchissait à partir de leurs rencontres). Le trait le plus marquant pour moi a été cette assurance qu'il a prise pour aller à la rencontre des autres, qu'ils soient adultes ou enfants, pour les questionner chaque fois qu'il était intrigué. Ayant déménagé l'année suivante, nous avons réinscrit notre enfant dans une maternelle qui était a priori satisfaisante. Cette année-là, il a petit à petit perdu cette capacité à aller vers les adultes et les interroger lorsqu'il était intrigué, dommage ! A la place, il a appris à mieux découper ! Puis à nouveau au bout de 2 ans, il faisait de plus en plus de difficultés pour aller à l'école. Sa maîtresse nous a toujours soutenu que, de son côté, il ne semblait pas y avoir de soucis. Après une consultation chez une psychologue, nous avons décidé que notre enfant ferait le CP à la maison. Et à nouveau nous retrouvons un enfant rieur et plein d'entrain.