Je n'avais jamais pensé à une non scolarisation de mes filles, je n'avais jamais réfléchi à une telle éventualité. Mais j'avais l'envie d'aider mes enfants pour leurs apprentissages, de les soutenir et de les accompagner tout au long de leur scolarité et de leur vie.

Et justement, il arrive parfois qu'un petit événement change le cours d'une vie. Notre fille cadette a été diagnostiquée autiste sévère à l'âge de 2 ans. L'autisme est un handicap très lourd et très complexe, peu connu des personnels de santé. Mais le handicap n'est pas une fatalité. Une prise en charge précoce, intensive et personnalisée peut réellement repousser les limites du handicap et apporter un mieux vivre à l'enfant et à son entourage.
J'ai donc décidé de prendre en charge la vie de C., de coordonner son programme de stimulation à la maison, de faire le lien entre les professionnels qui l'accompagnent, et aussi d'organiser sa non scolarisation.
C. progresse et bénéficie d'une prise en charge pluridisciplinaire. Nous avons évité un placement en IME (Institut Médico-Educatif), nous ne voulions pas pour notre petite fille d'une vie en institution.

Depuis 3 ans, C. progresse énormément, accède au langage, progresse au niveau cognitif, devient plus autonome. Sa dernière évaluation fait état d'un autisme moyen, nous avons réellement repoussé les limites de son handicap. Le choix de l'instruction en famille était le meilleur, même s'il faut se battre contre l'administration, les progrès de C. sont notre meilleur soutien.